Ce qui vient de se passer à Kédougou, la principale région minière du Senegal est tout simplement malheureux. Quant des forces de securité en arrivent à faire usage de leurs armes faces à des jeunes désemparrés par le chômage et le manque d’opportunités économiques à côtés de mines d’or symbolisant la richesse par excellence, cela ne fait plus aucun doute sur la panique qui s’est installé au plus haut niveau de l’Etat. mais ceci ne devrait pas être la réaction la plus appproprié du Gouvernement face à des revendication aussi naturelles que l’accès à l’emploi.
Nous avons très tôt attiré l’attention de ce dernier pour un traitement sans complaisance de ce problème dans les zones aurifères, mais c’est regrettable que le dialogue qui avait été instauré avec le ministère de tutelle depuis octobre 2006 a été bloqué systématiquement par la nouvelle équipe en place.
Nous déplorons la tournure des évenements de ce Mardi 23 decembre condamnons avec la dernière énergie le repression sanglante de ce mouvement d’humeur par les forces de sécurité et appelons urgement à une consultation large autour de la question soujacente qui n’est rien d’autre que la redistribution juste et équitable des retombées de l’exploitation des ressources minières de Kédougou.
Pour de plus amplers infos sur ces évenements, visiter les liens suivants:
http://www.tambacounda.info/societe/kedougou-en-sang-et-en-feu-deux-morts-et-des-blesses.html  , http://www.nettali.net/spip.php?article8148 , http://www.walf.sn/actualites/suite.php?rub=1&id_art=51811  , http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=42267  , http://www.sudonline.sn/spip.php?article15709  

Aly Sagne, Chargé de Programmes , ONG La Lumière-Tambacounda-Sénégal.