Source: Tambacounda.info: http://www.tambacounda.info/kedougou/kedougou-les-19-elargis-accueillis-en-heros.html

Tambacounda ce mercredi, la montre affiche dix heures trente quand le cortège a pris la direction de la capitale de la principale région minière du Sénégal. Deux bus climatisés, l’un affrété par le comité des ressortissants de Kédougou à Tambacounda, le second justement objet de controverse   avant le départ de Tambacounda, appartient curieusement à la société minière devant exploiter à l’échelle industrielle de l’or de Sabodala, Sabodala Gold Operations (SGO) , ont transporté la délégation forte des 19 détenus élargis par le président de la république, et d’une bonne douzaine de membres du comité des ressortissants de Kédougou à Tambacounda, quelques étudiants et autres amis et parents. Sacrés Itiar Boubane et son complice Gérémi n’avaient pas encore fini de savourer l’air de la liberté à Tambacounda. Ils ont pris la nature, certainement fait un tour chez des proches, prié à l’église. Tout le monde les a attendus près d’une heure d’horloge.

A Mako, le cortège s’arrêta. Certaines croyances voudraient qu’un prisonnier élargi ou ayant purgé sa peine se baigne dans le fleuve, s’il ne veut plus retourner au bagne. Les jeunes taquinent l’eau du fleuve Gambie, puis enflent des tee shirts à la mémoire de Sina Sidibé. Le quart après quatorze heures n’avait pas encore sonné, que la route de l’aéroport et les environs ont fait le plein de monde, justement amenés sur les lieux par des véhicules de la société Alcatraz dont le patron se trouve être un jeune de Kédougou. Musique, envolées lyriques, cris de joie ont transpercé l’atmosphère, avec à la clef une foule de plus en plus grandissante tout le long du parcours. Des politiques étaient à l’accueil, mais cela ne semblait pas être du goût de certains Kédougouens. Que pouvaient-ils faire d’autre ?

Le cortège, au cri de « liberté, liberté » prit la direction du domicile de feu Sina Sidibé. Les jeunes élargis y sont allés présenter des condoléances et réconforter la famille pour dire qu’il ne sera pas pour rien brutalement arraché à leur affection. Instants fatidiques et pathétiques durant lesquels beaucoup de larmes ont coulé. Puis, les jeunes qu’accompagnait une foule inestimable, ont fait un petit tour, histoire de remercier tous ceux qui, de près ou de loin, leur ont apporté leur soutien.