Version francaise ci-dessous

http://www.cafod.org.uk/news/anglogold-2010-03-29

29 March 2010

For immediate release: 

CAFOD calls on mining giant AngloGold Ashanti to share its contract with local
community

CAFOD welcomes the news that the review of mining company AngloGold Ashanti’s
contract in the Democratic Republic of the Congo (DRC) has been concluded after
almost three years of negotiations. The Catholic agency stresses the need for
the publication of the contract and its amendments and calls on AngloGold
Ashanti to share it immediately with the local community in DRC. 

The contract between the South African company and the DRC government confirms a
joint venture to mine one of the largest unexplored goldfields in Africa.
Although reduced from 9,000km2 under its exploration contract to 6,000km2, the
mining area is still about 60 times the size of Paris and contains around 3
million ounces of gold. The site includes the town of Mongbwalu in the Ituri
district of north eastern DRC, an area scarred by war and marked by desperate
poverty and unemployment. 

The size of the mining area means the impacts on the local community and the
environment will be significant but no information about the company’s plans to
conduct a Social and Environmental Impact Assessment has been released to date.
In a January report about the company’s DRC project, Golden Opportunity or False
Hope?, CAFOD made the case that those who stand to be most affected should be
informed and involved in every phase of the mine’s development and that
AngloGold Ashanti should seek broad community consent for the project before
proceeding any further with developing the mine.

CAFOD Policy Analyst, Sonya Maldar said “DRC’s vast mineral wealth should have
provided a ticket to prosperity. In reality it has trapped the country in a
cycle of violence and poverty. If the people of Mongbwalu are to benefit from
this gold mine there must be transparency of information about the project. It
is vital the contract is not only published in its entirety but that AngloGold
Ashanti commits to sharing the full details directly with local people in a
format they can understand.”

Following the finalisation of the contract, a number of issues remain to be
clarified. In particular, it is unclear why the size of the concession has been
reduced by 3,000km2 and where its boundaries now fall. It is also unclear why
and where it will continue to reduce in size over the next three years by a
further 30%. The company’s amodiation (rental) agreement with the government, as
well as its agreed revenue payments and social obligations should also be made
public.

The AngloGold Ashanti contract is one over 60 mining contracts which have been
under renegotiation as part of a DRC government-led process. The contract
review, which started in 2007, has been characterised by a lack of transparency
and the exclusion of Congolese civil society from discussions. During the
review, despite community requests, Anglo Gold Ashanti did not supply
information about their plans for large-scale mine operations and future social
development programmes. Now that the contract has been finalised, there should
be no further delays in sharing this important information with the community. 

Father Alfred Buju, head of the Justice and Peace Commission of Bunia Diocese is
the joint-coordinator of local civil society network Cadre de Concertation. He
said: “For too long the people of Mongbwalu have been kept in the dark about the
future of this mining project. With the signing of the contract, AngloGold
Ashanti and the government now have a chance to show they are serious about
transparency. Publication of the contract is essential for the people of
Mongbwalu to understand the implications of this vast project on their
doorstep.” 

Note to Editors:
•   CAFOD has been supporting the Cadre de Concertation to monitor the progress
of the AngloGold Ashanti project in DR Congo since 2006. 

•   The population of Mongbwalu is approximately 32,000 people

•   AngloGold Ashanti and OKIMO form the joint venture company Ashanti
Goldfields Kilo (AGK) in Ituri. AngloGold Ashanti holds an 86.22% share and
OKIMO holds 13.78%

•   Golden Opportunity or False Hope? can be found on the CAFOD website in both
French and English http://www.cafod.org.uk/content/download/106612/1178506/version/1/file/DRC_reportEN.pdf

For further information or interview request please contact: Pascale Palmer on:
Tel: 020 7095 5459 or mobile: 07785 950 585 or email: ppalmer@cafod.org.uk

29 mars 2010

Pour publication immédiate : 

CAFOD demande instamment au géant minier AngloGold Ashanti de communiquer son
contrat à la communauté locale

CAFOD se félicite d’apprendre la conclusion, au bout de près de trois années de
négociation, de l’examen du contrat de la compagnie minière AngloGold Ashanti en
République démocratique du Congo (RDC). L’agence catholique insiste sur la
nécessité de publier le contrat et ses amendements et demande instamment à
AngloGold Ashanti d’en faire part sur-le-champ à la communauté locale en RDC. 

Le contrat passé entre la compagnie sud-africaine et le gouvernement congolais
confirme la création d’une joint-venture destinée à l’exploitation de l’un des
plus importants gisements aurifères inexplorés d’Afrique. Bien que la superficie
d’exploitation soit passée de 9 000 km² à 6 000 km² au titre du contrat
d’exploration, elle représente tout de même soixante fois la taille de Paris et
abrite environ 3 millions d’onces d’or. Ce site englobe la ville de Mongbwalu,
dans le district de l’Ituri, au nord-est de la RDC, une région profondément
marquée par la guerre et caractérisée par une pauvreté et un taux de chômage
affligeants. 

Une zone d’exploitation d’une telle superficie aura forcément un impact sur la
communauté locale et l’environnement mais, à ce jour, aucune information n’a été
divulguée quant au projet d’étude d’impact social et environnemental de la
compagnie. Dans un rapport consacré au projet d’AGA en RDC, Opportunité en or ou
faux espoirs ?, publié en janvier dernier,  CAFOD défendait l’idée selon
laquelle, d’une part, les individus susceptibles d’être les plus affectés
devraient être informés et impliqués dans chaque phase du développement de la
mine et, d’autre part, AngloGold Ashanti devrait chercher à obtenir un large
accord de la communauté à l’égard du projet avant de poursuivre le développement
de la mine.

Sonya Maldar, analyste politique de CAFOD, a déclaré : « La richesse minérale
considérable de la RDC aurait dû placer le pays sur la voie de la prospérité.
Or, elle l’a piégé dans un cycle de violence et de pauvreté. Si la population de
Mongbwalu doit pouvoir bénéficier de cette mine d’or, la transparence de
l’information sur le projet doit être assurée. Il est primordial non seulement
que le contrat soit publié dans son intégralité, mais également qu’AngloGold
Ashanti s’engage à en communiquer les moindres détails à la population locale,
dans un format qu’elle soit à même de comprendre. »

Depuis la finalisation du contrat, plusieurs questions restent en suspens. On
ignore notamment pourquoi la taille de la concession a été réduite de 3 000 km²
et où se situent désormais ses délimitations. Difficile également de comprendre
pourquoi elle est encore appelée à réduire de 30 % au cours des trois prochaines
années, et quelles parties de la zone seront ainsi concernées. Le contrat
d’amodiation que la compagnie a conclu avec le gouvernement, de même que les
sommes qu’elle a convenu de lui verser et les obligations sociales qu’elle s’est
engagée à respecter, devraient aussi être rendues publiques.

Le contrat d’AngloGold Ashanti fait partie de la soixantaine de contrats miniers
à avoir été renégociés dans le cadre d’un processus dirigé par le gouvernement
congolais. L’examen des contrats, débuté en 2007, a été entaché par un manque de
transparence et par des discussions excluant la société civile congolaise.
Pendant l’examen, malgré les demandes de la communauté, Anglo Gold Ashanti n’a
pas fourni de renseignements sur ses projets d’opérations minières à grande
échelle ni sur ses futurs programmes de développement social. Maintenant que le
contrat a été finalisé, la compagnie devrait sans plus tarder faire part de ces
informations importantes à la communauté. 

L’Abbé Père Alfred Buju, responsable de la Commission Justice et Paix du Diocèse
de Bunia et co-coordinateur du Cadre de Concertation, le réseau local de la
société civile, a déclaré : « Cela fait bien trop longtemps que la population de
Mongbwalu ne reçoit aucune information sur le devenir de ce projet minier. Du
fait de la signature du contrat, AngloGold Ashanti et le gouvernement ont
maintenant la possibilité de prouver que la transparence leur tient à cœur. La
publication du contrat est primordiale pour que la population de Mongbwalu
comprenne les implications de ce vaste projet établi devant sa porte. » 

Notes à l’attention des équipes de rédaction :
•   La CAFOD apporte son soutien au Cadre de Concertation dans ses travaux de
suivi du projet d’AngloGold Ashanti en RD Congo depuis 2006. 

•   Mongbwalu compte environ 32 000 habitants.

•   AngloGold Ashanti et l’OKIMO forment la joint-venture Ashanti Goldfields
Kilo (AGK) en Ituri. AngloGold Ashanti en détient 86,22 % des parts et l’OKIMO,
13,78 %.

•   Le rapport Opportunité en or ou faux espoirs ? peut être téléchargé sur le
site Internet de la CAFOD en versions française et anglaise :
http://www.cafod.org.uk/content/download/106614/1178516/version/3/file/FR_DRCreport.pdf 

Pour tout complément d’information ou pour obtenir un entretien, veuillez
contacter Pascale Palmer par téléphone au (+44)(0)20 7095 5459 (fixe) ou au
(+44)(0)7785 950 585 (portable), ou par courriel à l’adresse :
ppalmer@cafod.org.uk

Sarah Barnett
Policy Researcher
CAFOD
+44 (0)20 7095 5427
www.cafod.org.uk  

Sarah Barnett
Policy Researcher
CAFOD
+44 (0)20 7095 5427
www.cafod.org.uk