Village de Sabodala

Sabodala n’a toujours pas reçu sa quote-part du Fonds de Péréquation et d’Appui aux Collectivités Locales.

En effet, l’article 1er du décret 1334 du 30 novembre 2009 signé par le Président de la République stipule que « la quote-part des ressources annuelles provenant des opérations minières à verser au Fonds de Péréquation et d’Appui aux Collectivités Locales est fixé à 20% ». Il s’agit essentiellement des droits fixes et des redevances, or selon nos sources ces dernières s’élèvent à 2 milliards de francs CFA l’année dernière.

Entretien avec le PCR de Sabodala

Toutefois, les différentes rencontres et investigations que nous avons faites la semaine dernière à Kédougou, Saraya et Sabodala ne révèlent aucune trace de cet argent qui appartient désormais légalement aux communautés minières. La question que se pose donc les Elus de la région que nous avons interrogés sur la question est toute simple : « Où est passé l’argent des Collectivités Locales de la région de Kédougou ? »

 

Retour de jeunes vers l'orpaillage faute d'emploi à l'usineSi l’on considère uniquement les redevances versées à l’Etat en 2010, la répartition du Fonds de Péréquation donnerait approximativement la situation ci-après :

DESIGNATIONS MONTANT (FCFA)

MONTANT REDEVANCES (FCFA)

2 000 000 000

QUOTE PART ANNUEL            20% (FCFA)

400 000 000

KEDOUGOU REGION                60%  (FCFA)

240 000 000

QUOTE PART SABODALA       40% (FCFA)

96 000 000

QUOTE PART SARAYA

40% (FCFA)

96 000 000

QUOTE PART CR KEDOUGOU 40% (FCFA)

48 000 000

QUOTE PART AUTRES

REGIONS 20%(FCFA)

160 000 000

Ainsi, la Communauté Rurale de Sabodala devrait se retrouver avec pas moins de 96 millions de nos francs, une rondelette somme comparée à son budget actuel qui est seulement de l’ordre de 60 millions !

Entretien avec le Chaf de Village de Sabodala

Pourquoi s’intéresser à cette Collectivité de Sabodala ? Non pas uniquement parce qu’elle abrite le site d’exploitation d’or, mais justement parce qu’elle est dépourvue de tout en tant que nouvelle création. En effet, le PCR que nous avons rencontré ne dispose pas encore de locaux, de moyens de locomotion…même pas d’outils de travail. Mady Cissokho nous a confié qu’en réalité, le budget qu’ils ont voté n’est qu’une fiction, « nous avons voté un budget comme ça, pour la forme». Sur un autre angle, il estime que « les Collectivités Locales devrait pouvoir utiliser cette quote-part comme elles l’entendent, en rapport avec leurs

Une journée à la seule borne fontaine du village de Sabodala

priorités…on ne peut pas passer tout son temps à s’équiper ! » et non comme le stipule l’article 2 du décret 1334, « les ressources versées au titre du Fonds de Péréquation et d’Appui aux Collectivités Locales sont strictement destinées à leur équipement »

En tout état de cause,  je l’avais prédit lors de l’avènement de ces  décrets importants en janvier 2010, le défi majeur sera l’application effective. Malheureusement, peu d’Elus connaissent ces textes, encore moins leurs contenus.

Les représentants de Collectivités Locales que nous avons rencontrés à Kédougou n’ont jamais reçu de formation dans ce domaine et il n’y a plus d’OSC engagée à leurs côtés pour les aider à défendre leurs droits.

 

Aujourd’hui, l’Etat est donc à nouveau interpellé sur la gestion transparente des revenus miniers et spécifiquement sur la répartition juste et équitable de la redevance minière avec les Collectivités Locales de la région de Kédougou.

 

ALY SAGNE