Après plusieurs années d’hésitation et de méfiance vis à vis de l’ITIE, le Sénégal est il aujourd’hui prêt à plonger?  En effet, l’ancien Directeur des Mines Dr Sylla a assisté à la la 5ième  Conférence mondiale de l’ITIE à Paris les 2 et 3 mars 2011, à titre d’observateur. Pour rappel, c’est lui même qui disait dans un nos articles précédant que « c’est une farce de mauvais goût« .

Dans la même lancée, la délégation sénégalise à la 19ième session de la Commission du Développement Durable  des Nations Unies CDD_19, tenue à New York le 12 mai 2011 a présenté une déclaration officielle très intéressante faisant allusion à cette importante initiative de la communauté internationale.

En effet, le Dr Kaly Niang, Conseiller Technique du Premier Ministre a déclaré que: «Le Sénégal a adhéré dans le cadre de la CEDEAO, à la directive C/DIR.3/5/09 sur l’harmonisation des principes directeurs et des politiques dans le secteur minier, directive sous-tendue par des principes de développement durable. Il partage aussi la Vision pour l’Industrie Minière
en Afrique  adoptée en février 2009 par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine qui préconise « une exploitation transparente, équitable et optimale des ressources minières en tant que fondement d’une croissance durable et d’un développement socio-économique généralisé en Afrique …  Le Sénégal a également manifesté son intérêt à adhérer à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) . »

Il ne fait donc plus l’ombre d’un doute sur cet appétit du gouvernement du Sénégal pour l’ITIE, même si un long chemin reste à parcourir. Cependant, la société civile sénégalaise doit saisir la balle au rebond et s’organiser en conséquence pour préparer l’avénement. Ce geste proactif sera déterminant pour véritablement tirer profit de sa participation au processus le moment venu.

Aly Sagne, Président de LSD-Sénégal, BP: 279, Fatick Sénégal.