Dakar-14 Août 2012

Par Aly SAGNE, Président de LSD Sénégal

Le gouvernement du Sénégal avance lentement vers la candidature à l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) depuis la déclaration publique du 2 février 2012. Il s’agit certes d’une affaire du gouvernement qui s’engage à publier les payements reçus des entreprises extractives et les recettes perçues par les différentes entités publiques (Ministères des Finances, Ministères des mines, Organismes Publiques, etc.). Cependant le processus doit être mené de façon tripartite par un Groupe Multipartite (Entreprises Minières, Société Civile et Gouvernement). A cet égard, la participation de la Société Civile est requise comme l’indique d’ailleurs les exigences N°2, 4, 5 et 6 des nouvelles règles de l’ITIE, renforcées par la nouvelle Note-directive N° 6 qui met l’accent sur « la pleine participation, libre, active, indépendante et efficace de la société civile à la mise en œuvre de l’ITIE ».

La Coalition Nationale des Organisations de la Société Civile sur la gouvernance des ressources minérales au Sénégal a bien compris ce message en conviant ces membres et partenaires à un atelier de formulation de ses priorités.

Ainsi, durant 2 jours (14-15 août 2012), des participants venus des régions de Matam, Thiès, Kédougou, Tambacounda, Fatick et Dakar ont examiné les principes et critères de l’ITIE, les différentes phases du processus, les avantages pour les parties prenantes, les nouvelles règles. Durant la deuxième journée de l’atelier, ils ont mené des réflexions stratégiques sur la chaîne des valeurs de l’ITIE, permettant ainsi de dégager des éléments d’orientation pour une participation effective et de qualité.

Atelier de formulation de la contribution de la Société Civile au processus ITIE au Sénégal

Des retombées opérationnelles importantes ont été produites à l’issue de l’atelier :

  1. 1.      Identification des priorités de la Société Civile dans le Plan de Travail ITIE
  2. 2.      Orientations sur les critères de choix des représentants de la Société Civile dans le GMP
  3. 3.      Définition des mécanismes de gestion du contact entre les membres de la Société Civile avant et après les réunions du GMP

Cependant, les retombées politiques ont été sans nul doute le succès le plus important de cet atelier. En effet, l’atelier a bénéficié du soutien effectif de grands leaders de la Société Civile sénégalaise, notamment par la présence du Président du Conseil des Organisations Non Gouvernementaux d’Appui au Développement (CONGAD) et du Président de la Rencontre Africaine Des Droits de l’Homme (RADDHO).

En effet, selon M. Diouf et M. Tine qui ont tour à tour transmis des messages de soutien et de disponibilité à la Coalition, l’enjeu de Transparence et Développement économique et social du Sénégal suffit largement pour justifier leur présence à cette rencontre, malgré les agendas très chargés en cette période.

La cause est donc entendue, les OSC vont donc définitivement aller ensemble pour relever le défi de la participation du Sénégal à l’ITIE !

C’est un pas important, mais rien n’est encore gagné d’avance… le chemin qui reste à parcourir est long et jonché d’obstacles de tout ordre. Cependant, l’espoir est permis à ce stade où des voix du côté du Ministère des mines redoutaient le pire du côté la Société Civile.

Il est donc important à notre avis de garder le cap et de faire le suivi de l’atelier, notamment en termes d’information et de sensibilisation de la famille large des OSC afin de concrétiser et de consolider ce consensus du mois d’août 202.

Articles sur le même sujet :

http://www.walf-groupe.com/actualites/economie/7212-mines-gouvernance-des-ressources-minerales–la-societe-civile-se-dresse-contre-lopacite-dans-le-secteur.html(Walf)

http://fr.allafrica.com/stories/201208160922.html(LeSoleil)

http://fr.allafrica.com/stories/201208160425.html(Le Soleil)

http://www.lequotidien.sn/index.php/economie/item/13306-mines-gestion-des-ressources-extractives–acdes-ong-s%E2%80%99organisent-pour-la-transparence(LeQuotidien)