http://aps.sn/articles.php?id_article=102253

Dakar, 7 sept (APS) – Les pays africains doivent nouer une alliance continentale pour mieux défendre leurs intérêts dans l’établissement des contrats miniers les liant aux industries minières étrangères et, par conséquent, tirer davantage profit de leurs mines, a recommandé, vendredi à Dakar, Moustapha Niasse, président de l’Assemblée nationale du Sénégal.

 »Nous devons faire en sorte que nous puissions réaliser une alliance de la diplomatie, de la négociation [des contrats miniers], pour la défense des intérêts du continent… », a dit M. Niasse devant des experts et cadres africains des mines.

Le président de l’Assemblée nationale du Sénégal présidait la cérémonie de clôture d’une formation initiée par l’Institut africain de développement économique et de planification (IDEP).

Lors de cette rencontre, des parlementaires et membres de la société civile, dont 20 députés venus de plusieurs pays francophones et anglophones d’Afrique, ont reçu chacun un certificat sanctionnant une formation intensive de deux semaines sur l’élaboration de politiques minières et les négociations contractuelles.

 »Nous devons unir nos forces pour une meilleure valorisation des ressources minières de notre continent dans un contexte où la logique du marché étend partout son impérium. Nous devons faire en sorte que nous ayons des contrats miniers au profit des pays africains », a dit M. Niasse, ancien Premier ministre, puis ministre des Affaires étrangères du Sénégal.

Selon lui, l’Afrique gagnerait à bâtir  »une diplomatie de négociation et de dialogue » pour aboutir à de meilleurs résultats en matière d’établissement des contrats miniers.

 »Posséder dans son sous-sol des ressources minières, c’est bien. Mais les faire exploiter, c’est encore mieux. C’est un droit de propriété que les populations ont sur ces ressources », a dit Moustapha Niasse devant un parterre de spécialistes africains.

L’ancien Premier ministre sénégalais a invité les Africains à s’approprier  »les nouvelles tendances » en matière d’exploitation des mines.  »Depuis quelques mois, les Etats-Unis d’Amérique ont découvert une nouvelle technique qui permet d’aller jusqu’à 2.000 mètres dans le sous-sol pour faire propulser le gaz… », a-t-il annoncé, ajoutant que grâce à cette innovation, ce pays qui importait du gaz du Qatar en deviendra bientôt un exportateur.

 »Des découvertes comme celle-là peuvent offrir de nouvelles perspectives à l’Afrique. On ne peut pas être riche et pauvre en même temps. Nous sommes riches de nos ressources naturelles, mais pauvres parce que nous les gérons mal », a relevé Moustapha Niasse.

 »La République démocratique du Congo possède une bonne part du colombo-tantalite, qui est un minerai stratégique très rare, n’existant que dans trois pays au monde […]. Même ici au Sénégal, dans les villages de Pout et de Mbodjène (ouest), il y a un minerai blanc qui s’appelle attapulgite. Ce minerai possède 25 applications dont des phénomènes gazeux, qui accélèrent la montée du pétrole », a-t-il souligné.

MTN/ESF