Aly Sagne/ LSD Sénégal

Le secteur privé a certainement bien entendu le discours de Politique Général du Premier Ministre qui expose les ambitions du nouveau régime dans le secteur minier. Il est connu pour son dynamisme et son expertise, mais il peine en effet à profiter des opportunités d’affaires dans et autour du secteur minier. C’est en cela que la réaction du patronat en la personne de Mansour Kama est très intéressant:  » « Je n’ai pas de doute que dans tous les secteurs dont a parlé le Premier ministre, je pense qu’à l’exception du secteur des mines, le secteur privé national est présent, dans l’agriculture, dans l’agro-industrie. Nous commençons à être très présents dans des secteurs comme le tourisme, nous sommes déjà dans la pêche depuis longtemps ».

Il en a profiter pour dénoncer l’opacité qui a longtemps prévalu dans le secteur : « Il nous reste donc le secteur des mines, où les contrats qui ont été conclus auparavant l’ont été dans des conditions d’opacité que nous avons toujours dénoncées ».

Toutefois, il ne cache pas son optimiste:  » Nous espérons que l’audit qui est prévu de ce secteur minier permettra de l’ouvrir au secteur privé national. Et je n’ai pas de doute sur l’engagement du Président Macky Sall, de son Premier ministre et de son gouvernement « .

Pour rappel, le code minier prévoit une participation du seteur minier, dès les débuts de la négociation des contrats miniers:

ARTICLE 30Participation de l’Etat
L’Etat peut, en sus de dix pour cent (10%) d’actions gratuites, négocier pour lui et le secteur privé national une participation au capital de la société d’exploitation.

Seulement, il faut bien se poser la question de savoir: « Quel est ce secteur privé national qui a toujours bénéficié des 10%  de capital réservé au secteur privé national? »

Articles source:  http://nettali.net/article.php3?id_article=26910