Source: http://www.sudonline.sn/une-nouvelle–feuille-de-route–pour-les-pays-membres_a_14486.html

COMPETITIVITE DU SECTEUR MINIER DANS LA ZONE UEMOA
Une nouvelle « feuille de route » pour les pays membres
Nando Cabral Gomis | 29/06/2013 | 08H55 GMT

Les rideaux sont tombés hier, vendredi 28 juin, sur l’atelier «définition d’une stratégie de renforcement des capacités des Etats membres en matière de gestion du secteur minier», organisé par l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (Uemoa). Plusieurs recommandations ont été retenues au terme de cette rencontre de quatre jours.

Les rideaux sont tombés hier, vendredi 28 juin, sur l’atelier consacré à la gestion du secteur minier dans l’espace communautaire de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (Uemoa). Ouvert mardi 24 juin dernier, cette rencontre a vu la participation des huit pays membres de cet espace communautaire.

Après quatre jours de partage et d’échange, les participants ont formulé un certain nombre de recommandations à l’endroit de la commission de l’Uemoa mais également des pays membres.  Cette feuille de route tourne autour de plusieurs points stratégiques parmi lesquels on peut noter entre autres : la création d’un observatoire de l’industrie extractive communautaire pour assurer une gestion transparente du secteur et une bonne gouvernance des retombées au bénéfice des populations locales. La mise en place d’un cadastre minier et d’un centre de documentation fonctionnel et facilement accessible dans chaque pays de l’Union pour mieux favoriser les investissements. La création d’écoles de formation diplômante ou des centres de formation de métiers dans chaque pays pour assurer la disponibilité des capacités intellectuelles et des ressources humaines.

Les participants ont également invité la commission de l’Uemoa à apporter un appui aux actions de la gouvernance minière dans certains Etats membres. Ils ont aussi appelé à l’intégration de la stratégie de responsabilité sociétale des entreprises dans les plans nationaux, la création des chambres de mines ou de structures similaires dans les pays ou ces instances n’existent pas.

Toujours dans ce chapelet de doléances rendu public en marge de la cérémonie de clôture de cet atelier, les participants ont aussi plaidé pour l’encadrement de l’artisanat minier par leur regroupement en coopérative mais aussi l’organisation des circuits de commercialisation des produits dérivés de la filière artisanale.

Venu présider la cérémonie de clôture de cet atelier de quatre jours, Ibrahima Diémé, commissaire chargé du département de la sécurité alimentaire, de l’agriculture, des mines et de l’environnement, à la commission de l’Uemoa, a assuré que les orientations et recommandations formulées en marge de cette rencontre trouveront un écho favorable auprès des instances de décision  de l’instance d’intégration économique sous régionale ouest africaine. Sur ce, il a invité les plénipotentiaires à faire leur, une fois dans leur pays d’origine, les recommandations de cette rencontre de définition d’une stratégie de renforcement des capacités des Etats de l’Uemoa en matière de gestion du secteur minier.