Par Aly Sagne

LSD-Sénégal

Leçons d’une visite guidée en zone minière

De façon générale, la mission a atteint son objectif pédagogique. Pour la plupart, les membres n’avaient jamais vécu une telle expérience et cette mise à niveau a été extrêmement bénéfique.

Visite de la mine de Sabodala

Visite de la mine de Sabodala

Du côté des représentants de l’Etat, la satisfaction est de mise : ‘’Au nom du Professeur Ismaïla Madior Fall (empêché), je tiens à remercier les entreprises Teranga Gold et Rand Gold pour leur disponibilité, l’accueil et l’excellente condition dans laquelle elles nous ont mis durant tous ces 2 jours, nous allons rendre compte au plus haut niveau’’ dira le député Mamadou Faye ‘’Jalan’’, membre de la Commission Développement et Aménagement du Territoire. Concernant l’orpaillage, le député dira que : ‘’le secteur mérite plus d’attention de la part des autorités, en termes d’organisation et d’encadrement’’. Mais surtout dira-t-il, ‘’le problème de l’insécurité dans les sites artisanaux est alarmant, et à ce sujet, je vais saisir l’Assemblée Nationale dès mon retour.’’

Déforestation massive à Tinkoto

Déforestation massive à Tinkoto

Par sa voix, Aly Sagne a remercié et salué l’ouverture, le soutien et la disponibilité de Teranga et Rand Gold, qui ‘’ viennent d’illustrer leur engagement à appliquer la norme ITIE. Par ailleurs, dira-t-il, l’ITIE est avant tout l’affaire du gouvernement qui s’est engagé le 2 février 2012, nous venons tout simplement apporter notre contribution ; alors il est n’est pas acceptable qu’il traîne les pieds sur le plan financier. En guise de contribution, le gouvernement avait promis 50 millions de FCFA la première année, 100 millions la deuxième et 50 millions la troisième année. J’interpelle donc l’Etat à verser sa contribution intégrale dans le compte du Comité, pour nous permettre de travailler. ’’ M. Sagne en à profité pour s’interroger sur le rôle du Comité National ITIE sur la problématique de l’orpaillage. En effet, pour l’instant il est uniquement focalisé sur les industriels, alors que l’exploitation artisanale engendre des fuites de revenus dans les pays limitrophes et des impacts sociaux importants, ainsi que des dégâts environnementaux désastreux.

Nouvelles étapes et défis du Comité National ITIE

Le Sénégal devrait soumettre son premier rapport ITIE dans 18 mois, à compter de la date d’acceptation de sa candidature, soit le 17 avril 2015 ou au plus tard le 17 octobre 2015.

D’ici là, le Comité National est entrain de mettre en œuvre son Plan d’Actions. Ainsi, la recherche sur ‘’l’Etude de cadrage’’ sera livré au Comité la semaine prochaine avec l’organisation d’un atelier de restitution avant la fin du mois.  D’autre part, il est prévu d’autres activités de renforcement de capacités du GMP, comme la visite du site d’exploitation de zircon de Diogo dans la région de Thiès (près de Tivaoune) toujours au mois de mars et des  formations sur la fiscalité minières et des mises à niveau des parlementaires, etc.

Lors de la mission, nous avons constaté que les autorités administratives et locales, les populations en général ont très peu d’information et de connaissaient sur l’ITIE.

D’autre part, une question pertinente (sinon récurrente) a été posée aux représentants du Comité à Kédougou, à savoir : ‘’Qu’est que le Sénégal va gagner dans l’ITE ?’’ Autrement dit, le sénégalais moyen, ou le résident anonyme de Sabodala voudrait savoir et être convaincu par les principaux acteurs que nous sommes. Oui, ils veulent savoir ‘’Qu’est qu’on gagne dans tout ça ?’’‘

A mon humble avis, la bataille de la communication, c’est le véritable défi du Comité !

Enregistrer l’article complet en cliquant  ici.