Samedi 09 août 2014 – La société civile se mobilise pour mieux coordonner ses actions et procéder à une mise à niveau de ses membres sur le processus ITIE.

Par Aly Sagne, LSD-Sénégal

Par Aly Sagne, LSD-Sénégal

En marge de l’atelier de réflexion des organisations de la société civile sénégalaise sur l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE), le Coordonnateur National de la Coalition des OSC sur la gouvernance des ressources minérales M. Diallo a réaffirmer la nécessité d’impliquer la société civile dans la révision du code miner. En effet, le processus étant aujourd’hui très avancé (le rapport des travaux des commissions interministérielles serait déjà sur la table du Secrétariat du Gouvernement), les participants à l’atelier ont demandé aux gouvernement d’organiser une période de consultations pour permettre une prise en compte effective des préoccupations de la société civile qui sont entre autres: la suppression des clauses de confidentialité (art. 66) qui constituent un obstacle à la publication d’informations, l’implication d’autres acteurs comme le Parlement aux négociations des contrats, la prise en compte de la Directive minière de la CEDEAO (notamment le principe de consentement libre, préalable et informé des communautés affectées), la publications des contrats, etc.

D’autre part, l’Etude de cadrage a fait l’objet de discussions, notamment sur des observations très critiques exprimées par les consultants ayant fait la recherche. En effet, les participants ont tous déploré les difficultés et obstacles rencontrées lors de la collecte des données, aussi bien du côté des entreprises que des administrations publiques. A mon avis, cela est tout simplement inacceptable et va à l’encontre des engagements de l’Etat du Sénégal devant la communauté internationale!

Clôture de l'atelier (le Présent I. M. Fall au milieu en chemise blanche)

Clôture de l’atelier (le Présent I. M. Fall au milieu en chemise blanche)

Concernant la participation de la société civile, les participants, à l’instar du Secrétariat Nationale de l’ITIE estiment qu’elle est généralement bonne. Par ailleurs, compte tenu de l’étape cruciale de la mise en oeuvre où nous nous situons (production du premier rapport ITIE à la fin de l’année), elle devrait davantage s’organiser,  s’ouvrir à la grande communauté des OSC, se mobiliser, se doter d’un agenda ITIE propre et jouer pleinement son rôle pour l’atteinte des objectifs du Sénégal en matière de  »Conformité ».

Interview du Pdt Fall

Interview du Pdt Fall

C’est dans cette perspective que le Ministre et  Président du Comité National M. Ismaïla Madior Fall fera remarquer que le Sénégal dispose d’une société civile forte, compétente et qui dispose d’une certaine maîtrise de la question des industries extractive, à la différence d’autres pays. En outre M.Fall dira que:  » la société civile doit se positionner pour offrir un avantage comparatif. Par exemple elle devrait voir ce que l’Etat ne peut pas faire ou ne fais pas pour l’apporter comme valeur ajoutée au processus ITIE ».

Enfin  à titre de rappel, cette rencontre de 2 jours (8 et 9 août) qui a vu la particpation d’une trentaine de participants issues de diverses organisations de la société civile, de représentants de Partenaires Techniques et Financiers, d’un représentant de l’Assemblée Nationale et d’un représentant d’entreprises minières a été co-organisée par le Secrétariaational de l’ITIE en partenariat avec la Coalition Nationale des OSC sur la gouvernance des resssources minérales organise un atelier de réflexion sur l’ITIE.

La cérémonie d’ouverture a été présidé par M. Ismaila Madior Fall, Président  du Comité National qui a souligné l’opportunité de la tenue de cet atelier et a dit à l’occasion que ‘‘la société civile est un allier important avec  lequel nous entretenons une relation de collaboration exemplaire ».

Quand au coordonnateur de la coalition des OSC, il a réaffirmé  »l’engagement de la société civile dans le processus ITIE. »

De part et d’autres, tous les organisateurs ont exprimé leurs sentiments de satisfaction quand à l’atteinte des objectifs de l’atelier.

Ainsi, M. Ibrahima Sory Diallo, Coordonnateur National de la Coalition des OSC a tenu a remericer le Secrétariat, avec une mention spéciale au Président M. Fall et M.Touré (Secrétaire Permanent), pour l’exemplarité du partenariat et de la collaboration avec la société civile.

Quand au Président Fall, il a exprmé un sentiment d’espoir et toute sa disponiblité à rechercher d’autres opportunités d’appuis de cette nature pour soutenir la société civile. Enfin, il a enfin réaffirmé  » qu’il y a le potentiel, l’environnement et les acteurs. Pourquoi donc ne pourrions nous pas réussir là où d’autres ont réussi? »