Category: Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives


NEW YORK, 27 June 2016—Transparency advocates hailed the adoption today of a rule by the United States Securities and Exchange Commission requiring oil, gas and mining companies listed on U.S. stock exchanges to publicly disclose the billions of dollars in payments that they make to governments around the world in exchange for natural resources.

The rule means that major industry players like ExxonMobil, Chevron and Vale will have to disclose detailed project-level information for all payments of $100,000 or more. Companies will have to begin reporting payments for all fiscal years ending after 30 September 2018.

The long overdue rule implements a provision of the 2010 Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act. A previous version of the rule was struck down following a legal challenge led by the American Petroleum Institute.

“This rule marks the end of an era of secrecy,” said Suneeta Kaimal, chief operating officer of the Natural Resource Governance Institute (NRGI). “We’re still reviewing the details, but at long last, citizens will be armed with the information they need to combat corruption and hold governments to account for natural resources managed on their behalf. This rule will also provide investors with an important source of information in order to manage risk in the volatile commodities sector.”

Similar rules requiring public, project-level payment disclosure have been passed in the European Union (including the U.K., home to many extractive companies), Norway and Canada since the Dodd-Frank Act was made law, but the U.S. had lagged behind due to legal challenges and a failure to implement the pioneering law. Many U.S.-listed companies such as Royal Dutch Shell, BP, Statoil and Total have already reported under European laws, but the SEC’s new rule will extend these requirements to a further 425 companies such as ExxonMobil and Chevron which have vigorously opposed disclosure, as well as some major state-owned companies such as Brazil’s corruption-plagued Petrobras and China’s CNOOC.

Unlike the European and Canadian rules, the SEC rule includes a targeted exemption from disclosure which allows companies to delay for one year reporting payments related to exploratory activities. “Exploratory activities are subject to just as much corruption risk as other activities and should be subject to the same levels of disclosure,” said Joseph Williams, NRGI’s senior advocacy officer. “We view this exemption as unnecessary.”

Royal Dutch Shell’s disclosures in April this year under U.K. law revealed that the company received large tax refunds in the U.S. and U.K. in 2015 and allowed citizens groups in the Philippines to question their government about how revenues from a major oil project were used. NRGI and others are building innovative tools to ensure this important new financial data is accessible to all stakeholders to deter corruption, engender accountability and improve investment decisions.

“Similar disclosure requirements in Australia, Brazil, China, India, Russia and South Africa would complement those in north America and Europe and increase global coverage,” Williams said. “However, failure to implement the U.S. law has given these countries an excuse not to pursue greater transparency. With the world’s largest capital market now demanding disclosure, those countries will be hard-pressed to stand against this global trend.”

Trading missing from disclosure requirement

While the rule requires public, project-level disclosure of payments including taxes, royalties and fees, payments related to commodity trading where a company buys hydrocarbons or minerals from a government entity, such as a national oil company, have been left out almost entirely from the final rule. The final rule does acknowledge the scale of these payments and will require disclosure of the repurchase value of production entitlements paid in kind, but many commodity trading payments will go undisclosed. “The exclusion from the final rule of most trading payments, which carry many corruption risks, leaves a major gap,” Kaimal said. “In countries like Iraq, Libya and Nigeria, the sale of oil to traders constitutes the government’s largest source of revenue. The omission of most trading payments from the rule means these transactions will remain opaque.”

At the May 2016 London anti-corruption summit, eleven countries including major trading hubs like Switzerland, the U.K. and the Netherlands committed to “enhance company disclosure” of payments to governments for the purchase of oil, gas and minerals. “NRGI calls on the U.S. government to make a similar commitment and ensure all these massive, corruption-prone payments are included within the SEC’s disclosure regime as soon as possible,” Williams said.

“The SEC appears to have adopted a solid rule largely in line with similar laws internationally,” Williams added. “This rule is a victory for the Publish What You Pay coalition which has campaigned for years on the issue, as well as congressional champions including Senator Ben Cardin, former Senator Richard Lugar and Senator Patrick Leahy.”

For more information contact: 

Joseph Williams

Senior Advocacy Officer

Natural Resource Governance Institute

London

+44 20 7332 6113 (office)

+44 77 7575 1170 (mobile)

jwilliams@resourcegovernance.org

Lee Bailey

Director of Communications

Natural Resource Governance Institute

London

+44 (0)20 7332 6114 (office)

+44 (0)7823 442 954 (mobile)

lbailey@resourcegovernance.org

Max Brett

Communications Officer

Natural Resource Governance Institute

New York

+1 718 395 5179 (office)

+1 917 545 0009 (mobile)

mbrett@resourcegovernance.org

 

21 June 2016- On Friday 27 May 2016, Hon. Goodall E. Gondwe, Minister of Finance, Economic Planning and Development, announced in his budget statement[1] that Malawi’s “out of tune” mining fiscal regime, as he described it, will be updated. The Minister explained,

I shall be presenting to this House, Mr. Speaker, Sir, a bill that aims at providing clarity in the determination of taxable income, incentives and proposals to transfer the administration and collection of royalty from the Ministry of Mines to the Malawi Revenue Authority.

Further, the mining fiscal regime bill will also separate provisions for the taxation of mining projects even if the projects are owned by the same company, so that each project should pay its fair share of tax. […] The House may wish to note that the fiscal regime lays bare all tax incentives, details for claiming depreciation allowances, and determination of assessable income, thereby promoting transparency and accountability.

We welcome the initiative to make changes in the mining fiscal regime to improve Malawi’s ability to maximise tax collection from the mining sector that can be used to improve access to desperately needed quality social services including being able to train and employ more nurses, doctors and teachers. However, we are deeply concerned that most Malawians and civil society organisations working and experienced in the extractive industries, represented by the Natural Resources Justice Network and the Malawi chapter of Publish What You Pay (PWYP), as well as the National Tax Justice Platform, have not been consulted and participated in the review process of the Mining Fiscal Regime Bill included as amendments to the Taxation Act which is to be presented this sitting of parliament.

Throughout 2014 and 2015, the Government of Malawi held consultation meetings on the Mines and Minerals Bill but the fiscal regime was not publicly discussed. We understand that the review of the Mines and Minerals Act including the fiscal regime has been made possible by the World Bank through the Mining Governance and Growth Support Project [2] which aims “to improve the efficiency, transparency and sustainability of mining sector management in Malawi”. USD 25 million has been borrowed by the Government of Malawi for this project.  In addition, the Government has committed to transparency and accountability and has led the way in Malawi signing up to the Extractive Industries Transparency Initiative. Yet the move to table changes to laws without involvement of key stakeholders on the fiscal regime runs counter to Government’s commitment to transparency and accountability. This is unacceptable and not a sign of good faith.

Therefore we are requesting the Government:

  1. Not to table the “mining fiscal regime bill” or amendments to the Taxation Act that relate to the fiscal regime for mineral production until consultations have been conducted.
  2. To inform all consulted stakeholders on the Mines and Minerals Bill about the changes that were made following consultations in 2015 before the Bill was submitted to the Ministry of Justice and Constitutional Affairs.

It is also important to note that Malawi endorsed the African Union Africa Mining Vision[3] in 2009 which is a watershed continental framework designed to ensure mineral resources contribute to development and structural transformation. It seeks to foster the transparent, equitable and optimal exploitation of mineral resources to underpin broad-based sustainable growth and socio-economic development. Therefore Malawi needs to ensure the Africa Mining Vision is realised.

As civil society organisations and citizens of this country committed to serving Malawians, we support and will offer our experience, insight and technical expertise to the Government in its intention to use our non-renewable resources to develop Malawi in a sustainable way in line with the Africa Mining Vision. However, without transparency, clear communication and involvement of all stakeholders who are interested in or stand to be affected by mining, Malawians in this and future generations will be done a disservice by our Government.

***

PWYP Malawi is a campaign being run by the following organisations under the country’s only CSO network for the extractive industries, the Natural Resources Justice Network, which is made up of 33 organisations and founded in 2007.

The following organisations make up the PWYP Malawi Campaign:

  • ActionAid Malawi
  • Catholic Commission for Justice and Peace (CCJP)
  • Centre for Environmental Policy and Advocacy (CEPA)
  • Centre for Human Rights and Rehabilitation (CHRR)
  • Church & Society of Livingstonia Synod
  • Civil Society Education Coalition (CSEC)
  • Citizens for Justice (CFJ)
  • Economics Association of Malawi (ECAMA)
  • Foundation for Community Support Services (FOCUS)
  • Institute for Policy Interaction (IPI)
  • Institute for Policy Research and Social Empowerment
  • Mabilabo Area Development Committee
  • Malawi Economic and Justice Network (MEJN)
  • Malawi Watch
  • Media Institute of Southern Africa (MISA) – Malawi
  • Norwegian Church Aid
  • Oxfam Malawi
  • Ufulu Wathu

 [1] The Budget Statement 2016-2017 is available for download at http://www.finance.gov.mw/.

[2] For more information on the World Bank Malawi Mining Governance and Growth Support project, see http://www.worldbank.org/projects/P120825/mw-mining-governance-growth-support-project?lang=en.

[3] To access the Africa Mining Vision, visit www.africaminingvision.org.

Lusaka, Zambia 24 May 2016 – Civil Society Declaration at the 51st AfDB Annual Meetings 

We, Civil Society Organisations, Faith Based Organisations, and Non State Development Actors met on 24 May 2016 at the margins of the 51st African Development Bank Annual Meetings (AMs) at Golden Peacock Hotel, Lusaka, Zambia. The meeting deliberated on the challenges regarding the Bank’s engagement with CSOs, the performance of the Bank in carrying out its mandate towards sustainable development, and developed this declaration and key asks on the main issues that are being discussed at the 2016 AMs. As African civil society, we have consistently sought to engage the AMs and the AfDB CSO Forum in particular, – with variable outcomes. While the 2016 AMs put the spotlight on energy and climate change, as civil society we seek to engage the Bank on its delivery of all of the High Five priorities, across various programmes and stakeholder relationships.  The CSO meeting deliberated on the following themes:  energy and climate change, agricultural transformation, private sector financing, infrastructure and inclusive development, natural resource governance and illicit financial flows from Africa, trends in AfDB/CSO engagement, and transparency and accountability in the Bank’s operations. Consequent to our deliberations, we reached a shared understanding and adopted the resolutions below.

DSC02034Energy and climate change

We note that despite the continent’s vast potential and resources for renewable energy generation, persistent power shortages have led African leaders, with support from development institutions and commercial banks, to build coal plants and hydroelectric dams that have sometimes imposed huge financial, social and environmental costs.  We also note that the investment in additional power generation mostly involves projects to support on-grid interventions, yet the majority of the energy poor in Africa lives in rural areas and will not benefit from increased grid capacity or grid extension.

We recognize that the lack of access to an abundant energy supply restricts economic and social development, limiting opportunities for improvements in human wellbeing. We also recognize that fossil fuel based energy production is the single largest contributing sector to global climate change emissions. African communities and economies are already bearing the brunt of the impacts of climate change such as droughts, floods and unpredictable growing seasons. The current El Nino induced food crisis shows what is at stake when we fail to tackle climate change emissions and fail to support affected communities to adapt and become more resilient. We encourage, appreciate and support the efforts of the Bank’s African Renewable Energy Initiative and other initiatives in addressing the energy gaps on the continent.

DSC02042Therefore we call upon the Bank:

To support more public financing for energy sector initiatives from African governments, supporting the participation of the domestic private sector in such initiatives; and

To ensure that its programmes emphasise increased access to energy for poor and remote communities. We also note the efforts the Bank is making in influencing energy policy at the national level, however, we are concerned with policy inconsistencies within the Bank on pro poor clean energy.

We therefore call on the Bank to:

Prioritise investment in pro-poor renewable clean energy and work more to share best practices and experience with national governments in this area; and

Accelerate and scale up disbursements from the Green Climate Fund and other sources of adaptation finance.

Private sector financing, infrastructure and inclusive development

We recognize that Africa still grapples with a massive infrastructure gap, particularly in sectors involving basic service delivery such as health, education, decentralised power systems, drinking water and sanitation. Weak physical infrastructure constitutes a major constraint on the continent and is a key barrier to greater regional integration and intra-regional trade. As a principle, the Bank’s approach to financing infrastructure provision needs to be people driven, including where appropriate through harnessing non exploitative private sector resources (technical and financial) as long as they demonstrably deliver inclusive, equitable and sustainable development and do not substitute the role of the state as provider of public services.

We call on the Bank to:

Ensure public funds should only be used to leverage non-exploitative private sector funds that have clear social returns and equitable risk sharing;

Invest in strengthening the state capacity to deliver public services based on strong evidence that privatised services lock out the poor;

Ensure that the Bank’s Safeguards are applied to projects and operations, and that the rights of the affected communities to free, prior and informed consent are respected and upheld; and

Harness the private sector’s role in development based on maximising domestic benefits rather than global profits, fulfilling their potential to create local jobs, raising domestic tax revenues and contributing to the growth of domestic private sectors.

Natural resource governance and illicit financial flows from Africa

Although Africa holds around a third of the world’s mineral reserves, this has not been translated into substantial state revenues and economic rents, in large part due to the existence of unfair taxation laws and mining agreements.  The African Union’s ‘Thabo Mbeki’ report states that Africa loses $50 billion a year and has lost one trillion dollars over the last fifty years, yet very little action has been taken to reduce the financial losses and stop the out flows.

We call upon the Bank to:

step up support to the member states in their efforts to stop illicit financial flows. We are concerned with:

the lack of public awareness about what the AfDB is doing in the area of natural resources;

the inadequate engagement of civil society by AfDB organs working on natural resource management;

the lack of coordination with other Pan African initiatives like the High Level Panel on Illicit Financial Flows; and

the lack of transparency and accountability of third party actors involved in financing extractives sector industry projects.

We have also noted that the Bank does not seem to recognize and support the communities that are affected by large scale investments such as those involving the extractive industry and others that fall short of global environmental, social and economic standards.

We call on the Bank to:

promote Corporate Social Investments (CSI) as part of their financial support for private sector investment;

support disclosure policies in relation to member states’ natural resource governance;

support capacity building initiatives to strengthen key spending and oversight institutions’ contract negotiations;

increase support towards value addition in the extractive sectors;

support countries to implement the recommendations of the High Level Panel on Illicit Financial Flows, as well as popular movements like the Stop the Bleeding Campaign; and

encourage member states and RECs to establish sovereign wealth funds.

Agricultural transformation 

The meeting noted that while agriculture accounts for roughly one third of Africa’s continental GDP, and employs over 60 percent of the African workforce, the continent is the most food-insecure region in the world with more than 232 million people under-nourished. Africa has the potential to generate 1 trillion dollars a year in food production but is instead spending 53 billion on importing food. It is of concern that local markets are dominated by foreign produce in countries which have the potential to be bread baskets because of their abundance of natural resource.

We call on the Bank to:

Support member states to create pro poor FDI policies in the agriculture sector;

Encourage member states to prioritise FDI that places technology and knowledge transfer at the forefront;

Promote agro-processing and packaging that reduces losses and fosters value addition and income generation for small holder farmers, especially women; and

Promote climate resilient agriculture through large scale investments.

For interviews, questions, comments and the CSO reactions to the deliberations of the 51st AfDB Annual Meetings, please contact one of the below spokespersons. 

Engwase Mwale (Improving Livelihoods) +260 966 790 342

Nalucha Nganga (Industrialise Africa and Energy) +260 977 616 199

Dailes Judge (Feed Africa and Climate Change) +260 979 476 800

Aly Sagne (intergrate Africa and CSO engagement) +260 966 321 959  

Media Coordination

Misozi Tembo +260 977 532 777 or email mtembo@oxfam.org.uk 

Bwalya Mutumba +260 977 760 005 or Bwalya.Mutumba@actionaid.org

http://www.sudonline.sn/des-activistes-africains-partagent-leurs-experiences-a-dakar_a_29612.html

Chérif FAYE | 28/04/2016 | 11H08 GMT

Près d’une quinzaine de défenseurs des droits de l’homme sont en conclave à Dakar depuis hier, mercredi 27 avril. Ces activistes venus de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest échangent sur le thème «Initiatives portées par les communautés : partager des outils pour accroître les impacts en Afrique de l’Ouest». Cette rencontre est initiée par l’ONG Lumière Synergie pour le développement, en partenariat avec la Fondation OSIWA et le Centre de ressources pour les droits humains et les affaires.
Partager des outils pour accroître les impacts des initiatives portées par les communautés en Afrique de l’Ouest, dans le cadre de la lutte pour les droits humains. C’est l’objectif de l’atelier qui a mobilisé depuis hier, mercredi 27 avril, à Dakar plus d’une quinzaine d’activistes de la société civile du Sénégal, de Côte d’Ivoire, du Nigeria, de Sierra Leone, du Niger et du Cameroun, entre autres. Chaque pays a présenté un exemple spécifique de violation des droits humains en rapport avec des projets d’investissement généralement financés par les banques multilatérales de financement comme la Banque mondiale, la Banque Européenne d’investissements, la Banque Africaine de développement et l’Agence Française de développement pour ne citer que ceux-ci. Les expériences partagées laissent toutes entrevoir un laxisme des Etats quant à la sécurité de leurs populations.

UN ENGAGEMENT POUR LES COMMUNAUTES

En Sierra Léone, Shiaka Musa Sama relate la mainmise de Bolloré sur plusieurs hectares. La lutte engagée par les communautés en 2011 va aboutir à l’arrestation par la police et l’inculpation d’environ 50 personnes pour avoir tout simplement réclamé leurs droits de savoir. «Nous nous sommes rendus compte que le gouvernement qui devait nous soutenir s’est rangé du côté des investisseurs étrangers dont ils défendent les intérêts. Les politiciens ne pensent qu’à s’enrichir. Dès qu’ils sont élus, ils tournent le dos à ceux-là qui ont voté pour eux», a laissé entendre l’activiste Sierra Léonais.

Paul Guy Hyomeni, Coordonnateur national du Réseau Camerounais des organisations des droits de l’homme (RECODH), relate l’affaire d’un barrage hydro électrique qui pollue la vie de 20 000 habitants de 69 villages de l’Est du Cameroun. Construit sur 540 km2 à Lom Panga, ce barrage mis en place par la compagnie «Electricity Development Cooperation» est d’un très grand enjeu. «Après avoir mené une campagne de plaidoyer et produit un rapport pour dénoncer le projet, notre réseau a fait l’objet d’une tentative de corruption. Car on nous a proposés de l’argent pour organiser une conférence de presse dans le but de dire que nous nous sommes trompés sur ce que nous avons dit dans le rapport», explique-t-il. Il révèle que des produits chimiques étaient déversés dans les eaux du fleuve utilisées par les populations pour la boisson et un impact sur le droit à l’éducation des enfants des populations déplacées dans le cadre du projet.

DES JEUNES POUSSES VERS BOKO HARAM AU NIGER

Ousmane Djibo, vice coordonnateur du Groupe de réflexion et d’action sur les industries extractives du Niger (GREN), étale les problèmes créés par l’exploitation du pétrole dans son pays. Pour lui le pétrole en a rajouté aux problèmes. Il y a plus de chômage et l’environnement est de plus en plus dégradé. «Il n’y a plus d’herbe dans le paysage. Les champs de pâturage sont réduits car il y a des pipelines partout. Ce qui agite beaucoup les populations. Il y a beaucoup de jeunes qui partent au Nigeria pour se faire enrôler par Boko Haram. Et ils reviennent se venger sur leurs parents et les fonctionnaires qui les ont opprimés avant. C’est un grand problème», révèle M. Djibo qui avec un soutien de OSIWA a organisé une caravane pour aller à la rencontre des populations des deux régions concernées par la production et le raffinage du pétrole. Sur le terrain, ils ont constaté que les entreprises ont menti, car ayant déclaré qu’elles avaient construit des écoles. Or, ce sont les conteneurs qui ont servi à transporter leur matériel sur place qu’elles ont aménagés en classes. Les membres du GREN ont croisé sur leur route des serviteurs des lobbies et ont essuyé des intimidations. Ils seront considérés comme des intrus dans leur propre pays car ils se feront encercler et obligés à revenir à Difa.

Prince Chima Williams, directeur des ressources juridiques du mouvement Nigérian des Amis de la terre, a partagé sur les droits des pêcheurs de six régions situées dans le Delta du Niger et qui avaient souffert de la marée noire causée le 21 décembre 2011 par un transfert de pétrole brut par la compagnie Shell. Ce qui avait un impact négatif sur les activités de ces pêcheurs, mais aussi des ressources halieutiques de la plateforme de Bonga où plus de 50 000 pêcheurs et femmes ont été forcés à quitter les lieux et à abandonner leurs activités à cause de la pollution et du risque de contamination des produits utilisés pour récupérer le pétrole brut éparpillé dans les eaux. Un bras de fer juridique était alors engagé contre la compagnie. Malgré une plainte déposée, il n’y a jamais eu de procès contre la compagnie qui bénéficiait d’un soutien quelque part.

Selon Gregory Regegon, du Centre de ressources pour les droits humains et les affaires, «au Sénégal comme ailleurs, on privilégie souvent le développement économique sans faire attention aux droits des communautés et aux impacts locaux des entreprises minières, infrastructurelles ou énergétiques, ou des entreprises d’agriculture à grande échelle ». Il estime qu’il y a «des impacts négatifs comme le déplacement des populations, la pollution, l’exclusion d’opportunités économiques qui ne prennent pas en compte la vulnérabilité des populations». Pour Aly Sagne, président de LSD, il s’agit de voir comment les populations peuvent accéder à plus de considération et de réparation par rapport aux préjudices qu’elles subissent partout dans le cadre de ces projets dits de développement.

Dimanche, le 25 octobre 2015

 LSDCommunique de presse – Publication premier rapport itie[1] (2013)

Entre fiabilite et exhaustivite – c’est tout simplement decevant !

Le Sénégal vient de publier son premier rapport ITIE (2013) ce 23 octobre 2015 à Dakar, 18 mois après avori obtenu le statut de ‘’Pays Candidat’’.

Par ma voix, Lumière Synergie pour le Développement (LSD[2]) voudrait exprimer sa déception et son indignation après avoir parcourus le document !

Le rapport ITIE est une exigence de la Norme, sa qualité et sa crédibilité reposent essentiellement sur ces 3  cirtères :

  1. Il doit fournir des informations contextuelles sur les industries extractives ;
  2. Il doit porter sur des déclarations exhaustives ;
  3. Il doit être basé sur des informations fiables, et conformes aux normes internationales en la matière.

Malheureusement, le rapport du cabinet Fair Links, bien que faisant dans politiquement correct, est très critique sur des manquements graves relatifs à ces éléments qui, du reste constituent des critères essentiels dans l’appréciation ‘’assurance qualité’’ de la Norme ITIE !

En effet, sur 15 exigences définies dans la phase actuelle où se trouve notre pays, l’analyse du rapport met en évidence le non respect de 5 d’entre elles et non les moindres (11 à 15). Si le rapport était une chanson, son refrain aurait été : ‘’ nous ne pouvons pas nous prononcer…’’’ou ‘’nous ne sommes pas en mesure de nous prononcer…’’

D’autre part, le rapport évoque l’existence d’écarts importants entre les déclarations des organismes collecteurs de l’Etat et celles des entrepries extractives. Même si par ailleurs, Fair Links n’est pas en mesure d’expliquer ses ‘’écarts importants’’, ceci renseigne au moins sur un gap énorme en matière de transparence du secteur !

En fin de compte, LSD se fait l’avocat du cabinet et exige du gouvernement la mise en œuvre et le suivi effectif de toutes les recommandations issues du rapport.

LSD exhorte également ses collègues de la société civile à s’impliquer résolument dans ce suivi des recommandations.

Pour plus d’informations, prière de contacter :

Aly Sagne, Président de LSD, BP : 279, Escale – Fatick, Sénégal

Téléphone: +221 339459040 / +221 776417074 – Email: alsagne@aim.com  

[1] Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractitves

[2] Aly Sagne a siègé au Groupe Multipartite (GMP) pendant les 2 premères années de l’ITIE en tant que membre du collège société civile.

Dakar le 18 mars 2015

L’An 2015 et du 16 au 18 Mars, s’est tenu à Dakar, sur initiative d’Oxfam et de PCQVP,avec l’appui financier de la Fondation Ford et d’OSIWA un atelier régional de contribution des Organisations de la Société Civile Ouest Africaine pour la promotion du cadre légal et réglementaire minier de la CEDEAO regroupant quatorze (14) pays membres de la CEDEAO, de la Mauritanie et  la Coalition internationale « Publiez Ce Que Vous Payez ».

Les objectifs  de l’atelier  sont :

  • Évaluer l’état de la mise en œuvre de la Directive minière de la CEDEAO et la Politique de développement des ressources minérales, six ans après leur adoption ;
  • Redynamiser la participation des Organisations de la Société Civile de la CEDEAO dans le processus d’élaboration du code minier régional.

Ce faisant, les participants ont suivi et analysé plusieurs communications portant sur des réglementations pays, communautaires et internationales (code minier pays, directive minière de la CEDEAO, Vision Minière africaine,  loi Dodd Frank,  législation de l’Union européenne, l’Initiative de Transparence dans les Industries Extractives).

Atelier regional code minierLes participants ont relevé, au regard de cette situation, et en vertu des textes internationaux et régionaux tendant à harmoniser et coordonner les politiques de développement du secteur minier en Afrique et en Afrique de l’Ouest :

  • le faible niveau de publication de la directive minière dans les journaux officiels des pays membres ;
  • le faible niveau de mise en œuvre et d’internalisation de la directive minière de la CEDEAO par les Etats Membres ;
  • l’insuffisance des ressources affectées au financement de la PDRM.

Les participants ont pris en considération que la plupart des Etats Membres ont amorcé ou bouclé le processus de révision de leur code minier et ont plus ou moins pris en compte certains principes directeurs de la Directive minière de la CEDEAO.

Les Organisations de la Société Civile Ouest Africaine réunies à Dakar recommandent :

  • Aux Etats membres, d’ici quatre ans
  • La conception et la mise en œuvre dans les meilleurs délais d’une Politique nationale de développement des ressources naturelles, en adéquation avec la PDRM ;
  • l’intégration dans leurs codes respectifs de la Directive  de la CEDEAO ;
  • le développement d’un mécanisme d’autofinancement de la mise en œuvre de la Directive et de son Plan d’Action
  • A la CEDEAO
  • La tenue, dans les meilleurs délais, d’une session de la Commission de la CEDEAO portant exclusivement sur l’évaluation de la mise en œuvre de la Directive et de la PDRM ;
  • La réalisationd’une analyse comparée des différents codes nationaux au regard de la directive et de la PDRM ;
  • La réalisation d’un inventaire exhaustif des ressources minérales de la région avec les résultats de la recherche et du  niveau d’exploitation.
  • Les partenaires techniques et financiers :
  • l’appui technique et financier continue à la CEDEAO ;
  • le renforcement de l’appui technique et financier aux organisations de la société civile ;
  • la recherche pour éclairer les acteurs étatiques et non-étatiques.
  • Les organisations de la société civile s’engagent à :
  • Mieux s’impliquer dans la mise en œuvre de la directive de la CEDEAO ;
  • Dynamiser le réseautage des OSC travaillant sur le secteur minier au niveau de l’Afrique de l’Ouest et à créer un partenariat avec la Commission de la CEDEAO,
  • Mettre en œuvre le plan d’action adopté à Dakar.
  • Renforcer la veille citoyenne sur le respect des engagements pris par les Etats pour la mise en œuvre de la Directive

Les participants à la rencontre de Dakar remercient le gouvernement du Sénégal, les organisations de la société civile sénégalaise, Oxfam, la Fondation Ford, OSIWA et Publiez Ce Que Vous Payez pour les facilités offertes pour le succès de l’atelier de Dakar.

Fait à Dakar le 18 Mars 2015.

Source: http://www.lequotidien.sn/new/index.php/economie/teranga-gold-le-pari-rate-de-macky-sall

Le chef de l’Etat était heureux d’annoncer des recettes globales de 50 milliards de francs Cfa  annuels attendues de la compagnie Teranga gold operations qui exploite l’or de Sabodala, à la suite de l’accord global en vigueur depuis  le 1er janvier 2013. Deux ans après, les attentes sont loin d’être honorées, à cause de plusieurs difficultés, notamment des impôts que la société juge injustifiés.

Le gouvernement du Sénégal n’est pas parvenu à recouvrer les recettes attendues de Teranga gold operations (Tgo), compagnie canadienne qui exploite l’or industriel au Sud-Est du pays, à travers sa filiale Sadodala gold operations (Sgo). Le «Rapport de gestion et d’analyse 2013-2014» de cette société dont Le Quotidien détient la version anglaise révèle à sa page 27 que le cumul des paiements effectués pour le compte de l’Etat au titre de l’année 2014 se chiffre à 17,95 millions de dollars contre un «passif éventuel» de 6,9 millions de dollars. Les administrateurs de la Sgo évaluent les «engagements à payer» à 45,381 millions de dollars. Le total est loin des 50 milliards de francs Cfa officiellement espérés depuis la signature de «l’Accord global», le 31 avril 2013 à la suite d’une politique de révision des conventions minières par les nouvelles autorités. En ce moment là, un dollar équivalait à environ 500 francs Cfa.

Dans sa première année d’application, l’Etat du Sénégal n’a perçu que 11 milliards 226 millions 150 mille francs Cfa, (impôts, 5% de redevance et avance en dividende compris). Dans la même année 2013, la Sgo a versé 2,7 millions de dollars nécessaires à des activités de forage finalement renvoyées en 2015. Au 31 décembre 2014, elle a aussi adressé 7,8 millions de dollars à l’Etat au titre de la redevance.

Macky vend les 10% de l’Etat
Le document révèle que le Président Macky Sall a vendu à 4,2 millions de dollars les 10% des actions que l’Etat détient du capital de la nouvelle filiale de Tgo, Sabodala mining company (Smc), créée pour exploiter le gisement de Gora. Elle est désormais détenue à 100% par la Sgo. La compagnie précise dans son rapport que «le paiement devrait être fait à la réception de toutes les approbations requises autorisant le traitement de tout le minerai du projet Gora à l’usine de Sabodala». Ce qui n’est pas encore le cas, car les populations refusent de quitter ce site d’orpaillage. Les audiences publiques ont été rejetées par les habitants de Gora. Espéré en 2015, Smc risque de rater le rendez-vous, faute d’accord avec les populations.

Au cours du deuxième trimestre de 2014, informe toujours le rapport, une dette fiscale de 1,2 million de dollars a été soldée. Le document précise que «environ 24 millions de dollars a été résolu et environ 6 millions de dollars restent en litige». Le top management de la Tgo mentionne dans son bilan que  «le montant restant en litige est sans fondement. Au deuxième trimestre de 2013, la Société a également payé 1,4 million de dollars en règlement intégral de l’impôt sur la filiale Smc à partir d’une évaluation reçue en janvier 2013». En janvier dernier, la Sgo a reçu du fisc sénégalais un avis d’imposition pour 3 millions de dollars. L’administra­tion fiscale sénégalaise réclame les sommes retenues sur les intérêts et les honoraires versés à une banque offshore. Dans son rapport, la société considère que ce deuxième «montant en litige» n’est pas justifié. Par conséquent, elle s’est réservée le droit de ne pas payer jusqu’à ce qu’elle soit mieux édifiée par le fisc.

Opérations 2013-2014 : Les productions d’onces de la Sgo
Le rapport de Teranga gold operations informe que le chiffre d’affaires d’or pour les douze mois terminés le 31 décembre est de 260,6 millions de dollars contre 297,9 millions de dollars à la même
période de l’année passée. La diminution des recettes a été principalement attribuée à la baisse des cours de l’once d’or sur le marché mondial qui tournaient autour de 1500 dollars. En 2013, elles avaient reculé de 13%. La tendance s’est poursuivie en 2014. Sabodala gold operations a produit 207 204 onces d’or en 2013 contre 211 823 onces en 2014, soit près de 6 tonnes.

biramefaye@lequotidien.sn

Source: http://www.intercompresse.com/?p=2775

Les responsables des organisation de la société civile ouest-africaine ont demandé, le 18 mars 2015, à leurs Etats de concevoir et de mettre en oeuvre, dans les meilleurs délais, une politique nationale de développement des ressources naturelles, en adéquation avec la Politique de développement des ressources minérales (PDRM) de la CEDEAO. Ils ont également recommandé à ces pays d’intégrer dans leurs codes respectifs la Directive de la CEDEAO et de développer un mécanisme d’autofinancement de la mise en oeuvre de la Directive et de son Plan d’Action.

« Nous souhaitons la tenue, dans les meilleurs délais, d’une session de la Commission de la Commission de la CEDEAO portant exclusivement sur l’évaluation de la mise en oeuvre de la Directive et la PDRM, ainsi que la réalisation d’une analyse comparée des différents codes nationaux au regard de la Directive et de la PDRM, de même que la réalisation d’un inventaire exhaustif des ressources minérales de la région avec les résultats de la recherche et du niveau d’exploitation », ont déclaré les représentants de la société civile, qui s’exprimait lors de la cérémonie de clôture d’un séminaire régional de contribution des organisations de la sociétés civile ouest-africaine pour la promotion du cadre légal et réglementaire minier de la CEDEAO.

Les participants à cet atelier ont, enfin, adressé trois recommandations aux partenaires techniques et financiers : l’appui technique et financier continue à la CEDEAO ; le renforcement de l’appui technique et financier aux organisations de la société civile ; la recherche pour éclairer les acteurs étatiques et non-étatiques.

A l’issue de l’atelier, les responsables de la société civile ouest-africaine se sont engagé à mieux s’impliquer dans la mie en oeuvre de la directive de la CEDEAO, à dynamiser le réseautage des organisations de la société civile travaillant sur le secteur minier au niveau de l’Afrique de l’Ouest et à créer un partenariat avec la Commission de la CEDEAO. Ils ont également promis de mettre en oeuvre le plan d’action adopté à Dakar et de renforcer la veille citoyenne sur le respect des engagements pris par les Etats pour la mise en oeuvre de la Directive.

Au cours de la rencontre, les participants ont relevé le faible niveau de publication de la directive minière dans les journaux officiels des pays membres, le faible niveau de mise en oeuvre et d’internalisation de la directive minière de la CEDEAO par les Etats membres et, enfin, l’insuffisance des ressources affectées au financement de la PDRM.

L’atelier a été organisé avec l’appui de Oxfam, de la Fondation Ford, d’OSIWA et de « Publiez Ce Que Vous Payez ».

 

Abdoulaye KANE

http://www.seneplus.com/article/un-expert-milite-pour-des-directives-sp%C3%A9cifiques-plut%C3%B4t-quun-code-minier

Dakar, 17 mars (APS) – Le directeur des Mines et de la Géologie, Ousmane Cissé, a préconisé, mardi à Dakar, des directives spécifiques en lieu et place d’un code minier communautaire censé apporter des solutions aux problèmes recensés dans ce secteur à l’échelle régionale.

« Je verrais bien par exemple, au lieu d’un code minier, qu’il y ait des directives spécifiques de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest sur des questions d’intérêt régional au lieu de parler de code minier communautaire », a-t-il soutenu.

Ousmane Cissé présentait une communication dans le cadre d’un atelier régional de contribution des organisations de la société civile ouest africaine pour la promotion du cadre légal et réglementaire minier de la CEDEAO.

Selon lui, « le mieux, c’est d’aller vers des cadres bien réfléchis qui répondent à des problèmes spécifiques et non à des généralisations de code ».

Il s’est interrogé sur l’opportunité d’un tel instrument régional, relevant que la CEDEAO est l’unique espace régional à vouloir disposer d’un code minier communautaire.

« C’est un processus complexe en raison de la complexité même de l’industrie minière et il ne faut pas qu’il y ait une confusion entre harmonisation et uniformisation, parce que la plupart du temps, les gens veulent nous amener à une uniformisation en lieu et place d’une harmonisation », a-t-il dit.

Donnant l’exemple du processus de révision du code minier sénégalais entrepris en 2003, M. Cissé a souligné que toutes les oppositions apportées par les sociétés minières, s’étaient appuyées sur le code minier de l’UEMOA qui garantit des dispositions dont le gouvernement voulait changer dans le nouveau code.

« Nous savons qu’après avoir révisé le code minier, nous nous sommes rendu compte que ces dispositions ne sont pas pertinentes et n’entrent pas dans le sens où l’Etat du Sénégal veut s’orienter », a indiqué le directeur des Mines et de la Géologie.

Les sociétés minières se sont ainsi appuyées sur le code communautaire de l’UEMOA pour sortir des dispositions qui lient l’Etat du Sénégal, a-t-il noté.

« Il faut un code minier communautaire certes, mais le plus important c’est de se fixer des objectifs et non une date butoir. Le problème, c’est de réfléchir sur des questions fondamentales de développement économique et social de nos pays », a relevé Ousmane Cissé.

Il a donné l’exemple de l’Union Européenne qui était au début la Commission économique pour le charbon et l’acier.

L’Union européenne (UE), par exemple, s’est développée à partir de l’industrie minière dont les problèmes de fond ont inspiré les accords qui ont progressivement enclenché le développement économique de l’UE pour propulser aujourd’hui à « une Union presque politique », a fait valoir M. Cissé.

« Il y a ce qui relève de la gestion quotidienne d’un Etat et ce qui relève d’un objectif économique global structurant dans l’espace CEDEAO », a relevé le directeur des Mines et de la Géologie.

Cette idée vise selon lui à permettre à l’espace régional de bénéficier de « plus des retombées fiscales générées par les grandes compagnies minières en faisant en sorte qu’elles aient des capitalisations boursières, non pas à Toronto, Sidney ou ailleurs, mais au niveau de la Bourse régionale de valeurs mobilières au niveau de la CEDEAO ».

Prévu pour trois jours, cette rencontre regroupe des représentants de la société civile ouest africaine actifs dans la gouvernance des ressources naturelles. La rencontre ambitionne de contribuer à leur implication dans une dynamique visant la mise en place d’un code minier communautaire.

Stakeholder engagement in Human Rights Due Diligence

http://www.globalcompact.de/sites/default/files/stakeholderengagement_in_humanrightsduediligence_e_141030_screen.pdf